• Actualités
  • Blog
  • Pour que le secret professionnel n’en soit pas un

Pour que le secret professionnel n’en soit pas un

Pour que le secret professionnel n’en soit pas un
C’est ainsi que Mme Bihel, longtemps enseignante en IFSI (Institut de Formation en Soins Infirmiers) et aujourd’hui cadre de santé à l’hôpital de Villedieu les Poêles, est venue présenter cette thématique auprès des élèves de Seconde. En premier lieu, il était important de définir le « secret professionnel » : en tant qu’obligation morale, juridique et professionnelle, il s’agit d’une interdiction de révéler à une personne étrangère au service ce qui a été confié, vu, lu, entendu ou compris au sujet d’un patient ou de sa famille. Tout manquement à cette loi inclut donc des sanctions, pouvant aller jusqu’à un an de prison et 15 000 € d’amende. Ce devoir déontologique n’est  pas nouveau, comme en témoigne le Serment  d’Hippocrate déjà prêté par les médecins pendant l’Antiquité.

Les jeunes ont rapidement pris conscience des enjeux de cette notion au sein de leur univers professionnel. En effet, ces stagiaires évoluent entre les écoles maternelles, les EHPAD, les structures d’aide sociale, et bien d’autres domaines encore : ils ont alors pris pleinement la mesure de cette volonté de protection de l’individu et de sa vie privée, qui se trouve en même temps être une mesure de prévention d’ordre publique contre la maltraitance. C’est à ce titre qu’ils ont pu échanger avec Mme Bihel autour des « dérogations » parfois nécessaires. Quand faut-il lever le secret professionnel ?  Pour quel motif ? Il s’agit là de cas particuliers bien définis par la loi.